Top5 des raisons qui nous rendent accro aux réseaux sociaux

accro réseaux sociaux addictif

Vous passez votre vie sur les réseaux sociaux et vous vous demandez pourquoi ils sont autant addictifs ? Et bien figurez vous que je me suis posé la même question. Je vous donne ici 5 raisons qui nous rendent accro aux réseaux sociaux !

Les deux réseaux sociaux que j’utilise en permanence sont Facebook et Instagram. Je suis complètement accro : dès le matin avant de sortir du lit, dans les transports en commun, à la pause de midi, … impossible de décrocher. Et quand je pars en voyage dans un endroit où il n’y a pas de réseau, je suis frustrée, me sentant coupée de toute information. Alors que – vous êtes sans doutes d’accord avec moi – les réseaux sociaux sont tout sauf essentiels. Quand on y réfléchi bien, ils nous donnent plutôt une info polluante qu’une info enrichissante. Mais quel est ce pouvoir maléfique qui nous fait nous connecter tous les jours (voir toutes les heures) et s’exprimer à coups de likes compulsifs ? Pourquoi est-on autant addicts ?

1/ Parce qu’on est incapables d’être seuls

L’addiction ne vient pas plus du réseau social lui-même que de la personne qui l’utilise.

Qu’est-ce que l’on attend d’un réseau social ? Un rapport avec l’autre. Et avec Internet, on peut être connecté au monde 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les réseaux sociaux comblent donc notre solitude, car même si l’on est seul derrière l’écran, on se sent rattaché à ceux qui sont « à l’intérieur de l’écran ». Alors, on partage, on aime, on commente. On participe à une vie de collectivité.

Et ce mécanisme du partage s’explique directement par ce qu’il se passe dans notre matière grise. Quand nous découvrons du contenu d’intérêt, la première zone qui s’active est le « carrefour temporo-pariétal« . Autrement dit, c’est celle qui nous pousse à échanger.

Il est donc complètement naturel et inconscient de vouloir partager une info lorsqu’elle nous semble intéressante.

2/ Parce que nous sommes des voyeurs

Nous sommes tous un peu voyeurs. Allez, on est entre nous, pas la peine de le nier.

En fait, ce voyeurisme provient de notre culture. Nous avons été habitués à la télévision pendant de nombreuses années. Assis dans notre canapé à regarder des films ou des documentaires, on espionnait déjà la vie des autres, quelle soit réelle ou fictive.

Les réseaux sociaux n’ont fait qu’assouvir cet aspect là de nos personnalités, mais apportent une autre dimension à laquelle nous n’avions pas accès avant : la capacité de produire du contenu, de se montrer, de passer du spectateur à l’acteur.

On passe alors d’un concept à un autre : du voyeurisme à l’exhibitionnisme.

3/ Pour affirmer son identité

Nous avons été élevé dans une société qui cultive le mythe de l’idéal, de la réussite et de la performance. Ainsi, les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen permettant de s’affirmer dans cette quête : montrer qu’on a réussi, qu’on passe de superbes vacances en Thaïlande ou qu’on a une vie de rêve.

Dans la société d’aujourd’hui, nous sommes constamment regardés, jugés, catégorisés. Et poster des photos ou des publications valorisantes, c’est tenter de maîtriser le regard que les autres nous portent.

Mais en réalité, c’est plus pour se plaire à soi que pour plaire aux autres. C’est ce qu’on appelle la « récompense narcissique« .

Evidemment, le plaisir augmente au fil des likes. On revient ici au principe même de l’enfance : faire pour être vu, remarqué, apprécié. « Maman, regarde le dessin que j’ai fait ! » sans admiration qui suive, dessiner n’a plus vraiment d’intérêt.

Etre actif sur Internet peut dépasser le simple fait de vouloir créer du lien (comme je l’expliquais dans la raison n°1). Lorsque l’on partage du contenu, on s’identifie à lui. Prenons un exemple :

J’ai récemment aimé une publication d’astrophotographie sur Instagram. Pourquoi ?

Photo Instagram - réseaux sociaux - astrophotographie
https://www.instagram.com/superbdestinations/
  • Parce que cette photo est magnifique. En lui donnant un j’aime, je montre à l’auteur que sa photo me plait et je l’encourage à continuer. Cela permet aussi de partager la photo à tous mes abonnés -> Je créé du lien.
  • Parce que j’adore l’astrophotographie et que j’aimerai beaucoup apprendre à en faire -> Je m’identifie.

Dans ce sens, au delà de montrer qui je suis, les réseaux sociaux montrent qui j’aimerai être.

4/ Parce que ça procure du plaisir

A votre avis, pourquoi est-ce qu’on commente ?

« Pour donner son opinion « . Pas très original, je le reconnais. Mais si l’on va un peu plus loin, lorsque l’on donne son opinion, c’est qu’on pense qu’il a de l’importance. Et lorsqu’on obtient des réponses à ses commentaires, alors on est le plus heureux. Je pense être bien placée pour l’écrire puisque je tiens un blog. J’écris des articles pour donner mon avis, partager, être lue, échanger. Et j’aime ça.

D’ailleurs, plusieurs recherches ont montré que passer du temps sur les réseaux sociaux stimulait les zones du cerveau liées au plaisir. Pas étonnant donc.

5/ Pour se tenir informé

Dernière raison qui nous rend accro aux réseaux sociaux : rester informé.

Il existe un nom pour cette raison, parfois perçue comme une pathologie : le FOMO pour « Fear Of Missing Out » ou « la peur de manquer quelque chose « . Sincèrement, qui n’a jamais été dégoûté de voir sa batterie à moins de 10% ?

Pourquoi ? Parce qu’on veut tout savoir, tout le temps : qui fait quoi, avec qui, où et pourquoi. Et pour cela, on suit un maximum de comptes pour avoir le maximum de contenu. Curiosité quand tu nous tiens.

Les réseaux sociaux sont un média de l’information. Ils nous semblent indispensables car qu’on organise une soirée entre potes, qu’on discute avec son ami parti en Erasmus en Espagne, ou qu’on se transfère des fichiers pour le boulot, les réseaux sociaux sont intuitifs et surtout instantanés. Le mail est devenu obsolète face à Facebook Messenger.

Vous l’aurez donc compris, nous sommes accro aux réseaux sociaux parce qu’ils permettent d’aller plus vite, de gagner du temps, de partager, de s’informer, de passer le temps… Ils comblent la solitude de nos jours. Néanmoins, comme tout, ils sont à consommer avec modération. Et surtout, restez objectifs : ce que les autres montrent d’eux sur les réseaux ne sont que la partie émergée de l’iceberg, ce qu’ils veulent bien vous montrer 😉

 

Avez-vous vu

4 commentaires

  1. Très bel article ma belle ! Et trop vraie ton analyse. Perso, c’est drôle mais j’ai été totalement accro à facebook pendant très longtemps. Mais depuis 1 an et demi… plus rien. Je ne m’y intéresse plus du tout. Par contre je suis vraiment ACCRO d’instagram et aussi de snapchat ! Là, j’avoue.
    Des bisous

    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *